LE SOULA dégustation à Lille avec “Vignes en Nord”

COMMENTAIRES DEGUSTATION DU DOMAINE LE SOULA.

A LILLE avec «l’Association VIGNES EN NORD »

Domaine Le Soula en dégustation.

Gérald Standley nous a présenté ses vins. Il a quitté  Lille avec l’image du bel accueil Nordiste. Fenouillèdes du Roussillon ou Pagus fenolentesis = pays du foin ! Entre Catalogne et Occitanie, la propriété fut dénichée par le grand vigneron Gauby situé à Calce (www.domainegauby.fr  ) .

NAISSANCE : Mark Walford, importateur britannique de grands vins, connait bien Gérard Gauby, sa fameuse cuvée « La Muntada » et l’importe en Angleterre comme La Romanée Conti et Chateau Cheval Blanc. A la recherche de 2 ou 3 ha de vignes, il confie la tâche (pas le vin) à son ami occitan. Le temps passe et Gérard Gauby lui annonce la découverte : « ce n’est pas 2 ha mais 20, dans les Fenouillèdes (terroir d’altitude)… C’était en 2001, avec une simple bâtisse à St Martin. Le 1er millésime fut célèbre, ils travaillent sans chimie et en bio-dynamie sous la bienveillance de GG . En 2008 la cave est vraiment trop petite, ils manquent d’eau et d’espace, ils rachètent la cave coopérative de Pugnanes. Gérard Standley diplômé d’agronomie rejoint l’équipe en place ! http://www.le-soula.com/le_soula/index.php?page=7

Le Soula entre 350 et 550 m. d'altitude.
Le Soula entre 350 et 550 m. d’altitude.

LE VIGNOBLE : entre 350 et 550 mètres sur des granits décomposés et le schiste pour les raisins rouges.

 Le carignan est de 1943, le grenache gris est de 1957,le noir de 73, le maccabeu de 1980, puis malvoisie, grenache blanche,  vermentino, syrah…Le sauvignon blanc entrant dans Le Soula blanc peut représenter de 18 à 45% (2010 et 2007 respectifs).

LA VINIFICATION : Le style de vinification est voulu avec le moins de manipulation possible, peu d’extraction et l’altitude favorise le rafraichissement des baies la nuit. Le terme SOULA  vient de l’Occitan « versant sud ». Vinifs traditionnelles en grappes entières vendangées à la main, sans levures ajoutées.

ETIQUETTES : la Cuvée Trigone blanc ou rouge en catégorie  « IGP Côtes Catalanes » est commercialisée 11€ environ et sont non-millésimées, car assemblées depuis peu, sur plusieurs récoltes. La cuvée Le Soula millésimée, se produit entre 13 et 20hl/ha avec plus de puissance que le Trigone ! En IGP C.C également, les prochains millésimes seront probablement dans la catégorie « Vin de France ».

Presse : http://lundessens.20minutes-blogs.fr/archive/2009/02/13/domaine-le-soula-blanc-gerard-gauby-associes.html  – http://caviste.canalblog.com/archives/2006/07/06/2242376.html

LA DEGUSTATION à l’HUITRIERE LILLE avec «Vignes en Nord » :

Le Soula en Jéroboam et magnum...
Le Soula en Jéroboam et magnum…

1)      TRIGONE Blanc L11 (assemblage de 2012 à 2009) Présente une robe ensoleillée et aussi lumineuse. Le nez est discret et mérite aération pour exprimer la peau du fruit bien mur associée à du « bulbe » (fenouil, anis), un ensemble d’épices douces et jaunes, pour évoluer sur la cire d’abeille avec gourmandise.  La bouche était franche, complexe, aérienne et corsée à la fois, toute en longueur. Texture suave et caractère très sec, faisaient déjà saliver avant d’aborder Le Soula blanc. Le Trigone 2010 (d’une seule récolte) dégusté en février 2013 était remarquable avec un voile floral mêlé à la pierre chauffée, l’amande, la figue et plus rare : le thé !

2)      SOULA Blanc 2010 en JEROBOAM : impressionne par sa dimension, son intensité avec des senteurs plus profondes, florales (iris), racinaires mêlées au confit du fruit et le fumé. Corps volumineux, impressionne par son équilibre en fraicheur et puissance. Extensif, salivant et très long ! Issu de raisins maccabeu, complété par sauvignon, grenache blanc principalement, une pointe de chardonnay, malvoisie, et vermentino pour cet assemblage. Elevé 21 mois dont 28% en barrique de 500 litres, ce vin fut à peine filtré ! L’atmosphère de la salle fut particulière car peu de gens s’attendait à ressentir ce niveau de plaisir. (Environ 25€ la bouteille pas le Jero).

3 flacons produits sur ce millésime !
3 flacons produits sur ce millésime !

3)      SOULA Blanc 2007 en MAGNUM : aussi lumineux par sa robe, le nez est exubérant à dominante florale dans un environnement solaire et séché ; du ciste, du fruit sec comme l’amande, avec une étoffe et une élégance digne ! La bouche est très fine, pourtant enrobée et corpulente, elle devient large et parfumée sur les fleurs d’aubépine, la noisette et le confit de peaux de fruits jaunes. Superbe ! Le même en février s’appuyait sur des écorces d’agrumes avec une énergie délectable ! Environ 32€

4)      En ROUGES avec LE SOULA , les robes sont à dominante cerise, sans profondeur importante et avec peu d’évolution malgré les 3 millésimes qui se succèdent (signe de belle tenue). Le JEROBOAM 2010 est dans un premier temps sur le cuir dominant et avec un peu de réduction constatée et fugace fort heureusement vu le format servi. Très vite la cerise noire envahie le nez, allures kirchées caractéristiques des sols schisteux, mais ici associées au thym et aux épices…Excellente appréciation d’ensemble qui  développe la brillance des yeux très attentifs aux explications attendues de Gérald Standley (70% de carignan noir à 65 ans d’enracinement, complété d’un quart de syrah et d’un peu de grenache noir). Bouche immédiatement SUAVE de texture, vive et ELANCEE (ça c’est pour le profil croissant en bouche). On oublierait les 2 extrémités du « profil » : l’attaque franche mais dépassée par le plaisir suave évoqué ; la longueur évidente et attendue, mais devenue formalité derrière cet « Arc  élancé». Ne s’arrêtant pas en aussi bon chemin, l’amplitude s’affirme, s’étoffe (ça c’est pour la charpente), il devient délicieux tout en étant généreux !!! Pourquoi ne juge-t-on pas les vins plus souvent de cette façon ? Parce que produire 13hl/ha n’est pas dans la nature du paysan ou à l’opposé,… d’un actionnaire.

5)      Avec LE SOULA  2007 MAGNUM : c’est un duo « Carignan-Syrah » complété de 13% de Grenache noir et surprise :  6% de Cabernet Sauvignon ! Le nez est « rôti-viandé » fumé et sêveux à la fois, avec une sensation d’extrait de peaux comme la tomate confite. S’associe à cette tonalité : une pointe d’acidité aérienne, des épices et un caractère évolutif vers le cachou (réglisse), la sève de pin, cèdre et moka ! Bouche savoureuse encore, franche évidemment, avec des tanins fins, suaves, une vivacité harmonieuse et toutefois très tendre ! Le 2008 gouté en février fut d’une grande finesse de texture, salin, frais et longiligne.

6)      LE SOULA 2002 : possède un superbe nez de Havane et de noyau de cerise, une touche de pain d’épices, il est intense avec  une minéralité perceptible et sur la voie de l’épanouissement. Bouche superbe, franche et ferme, aux tanins moins gras avec son évolution. Le bouquet est profond, l’ensemble est étoffé et tapissant, long et rémanent.  Le public l’a réclamé !

7)      CLÔTURE de cette très belle séance avec une originalité : « LA MACERATION DU SOULA » Cuvée à ne pas trop communiquer, car elle ne peut intéresser que les personnes attentives à la vraie qualité. Issue de macération de grappes blanches entière pendant 15 jours en variété vermentino assemblée au maccabeu en vin fini. Robe rosâtre ou pétale de rose (si je me souviens bien, car je n’avais pas noté de description). Par contre un nez aussi élégant que mystérieux (La cuvée pourrait s’appeler « La Panthère Rose » ) avec de l’angélique confite, de la marmelade d’orange, une tonalité gourmande et subtile. L’évolution se fait sur des écorces d’arbres, le torréfié d’un moka….La bouche est enveloppante, sèche et salivante. C’est un vin de surprises, tant en saveurs, qu’en évolution dans l’instant de la découverte. Ce sont ces vins là qui font aimer le vin autrement, avec d’autres personnes ! Ce vin est multi-facettes et se livrerait aisément sur les épices, le canard laqué, un vieux brebis ou Comté, la cuisine asiatique en général…à suivre.

Rendez-vous très vite à la prochaine séance avec Stéphane Derenoncourt ! Certainement la séance la plus élitiste, car St Emilion est le vignoble d’une grande historique et se remettant en cause par son classement tous les 10 ans.

Eric Dugardin Sommelier Conseil depuis 1992 www.gout-et-vin.com